Les anciennes poudrières reconverties en gîtes à chiroptères

Environnement

La crise du logement est une réalité pour les chauve-souris. À Calonne-Ricouart, des aménagements devraient solutionner les tracas des murins et autres pipistrelles…

Les trois poudrières situées sur le parc Quenehem, autrefois utilisées pour stocker sous terre les explosifs utiles à l’exploitation minière, présentent des caractéristiques optimales pour offrir l’hospitalité aux chiroptères (1) : calme et obscurité, fraîcheur et humidité, alentours riches d’insectes…

Il y a quelques années, entraînés par l’intérêt écologique du site, l’Agglomération et la Coordination mammologique du Nord de France (CMNF), entre autres, ont effectué quelques aménagements dans une partie des galeries. Aujourd’hui, suite aux observations régulières des écogardes, nous savons qu’une vingtaine de chauves-souris « hantent » gentiment le parc et leur population tend à se développer.

Une excellente nouvelle qui a déclenché de nouveaux travaux afin d’augmenter la capacité d’accueil et sécuriser ce site d’hibernation et de reproduction idéal. Avec l’aide de la commune, l’Agglo a désenseveli deux autres poudrières, posé de nouvelles portes blindées et ajusté les ouvertures. Cet été, les enfants de la commune seront associés à l’installation de gîtes spécifiques. Un acte de plus en faveur de la biodiversité.

L’ordre des chiroptères regroupe des milliers d’espèces de chauves-souris dans le monde, 21 dans le Pas-de-Calais